Ecoute-rencontre radiophonique #6
Jeudi 13 novembre à 19h

A l’ombre des refuges, l’impossible documentaire

Documentaire en trois parties, sur l’espace et la psychiatrie, de Juliette Boutillier et Maria Grazia Noce. Pour cette écoute nous entendrons la 2ème partie de ce triptyque (52 minutes) , en présence des deux réalisatrices et de plusieurs protagonistes du documentaire.

Accès gratuit. Table d’hôte à partir de 18h.

radio-nov-2014-recto-web

« Au départ, il y eut le mot Folie. Compact. Familier et étrange. Résonnant comme un fantasme, une intrigue sans visage. Puis s’associa le murmure d’autres mots : refuge, cachette, psychiatrie… Ainsi que des bouts de questions : quels seraient les lieux, réels ou fictifs, susceptibles d’accueillir nos folies ? Mais ces guirlandes d’interrogations restèrent éteintes, suspendues aux plafonds de bâtisses institutionnelles sur les portes desquelles était affiché « Défense d’entrer ». Ainsi, nous piétinions depuis quelque temps, arrêtés en pleine marche,  jusqu’à ce qu’apparaissent les visages d’Alexandros, Patrice, Luis, Caroline, Maud, Isabelle, Kiki, Marie… Avec des mots sortant de leurs bouches – nous racontant la peinture, la souffrance, la poésie, l’architecture, l’amour… Et si, avec ces voix limpides, nous ne savions toujours pas sur quel chemin nous marchions, nous savions cependant qu’enfin, nous y étions. Là où il fallait que par hasard l’on soit, loin des « motus et bouche cousue », loin des langues de bois, hors les murs, en l’humain, au plus profond. De cette aventure insensée est née ce documentaire qui à l’origine devait juste s’appeler « A l’ombre des refuges » et qui maintenant se nomme « A l’ombre des refuges, l’impossible documentaire.» Juliette Boutillier

Fiche technique :
    • Partie 1 : je pense de trop donc je suis de trop
    • Partie 2 : il faut que le soignant aille vers le patient
    • Partie 3 : la psychiatrie je l’appellerais la déconiatrie

 

Réalisation Juliette Boutillier et Maria Grazia Noce

Montage et Mixage Ruelgo

Prises de son Anne-Sophie Papillon

Avec le soutien du FACR de la communauté française de Belgique et de Radio PANIK.

 Avec la participation de Marie Borel écrivain, Victor Castro architecte,Koen Daems animateur des centres Den Teirling et Kyvos, Caroline Fischer ergothérapeute, Christian Mazucchini comédien, Alexis Ragougnaud comédien et écrivain , Fréderic Rolland psychiatre.

Merci à tous les protagonistes :
Alexandros, Catherine, Isabelle, Luis, Maud, Marc, Patrice, Valentin et les autres…Merci à Marijeke Bosserez, directrice des centres Kyvos et den Teirling.

Textes d’Ahmed Bouanani (L’Hopital) , Marie Borel (Fin de citation, Loin), Juliette Boutillier (l’explosion), Patrice Vareltzis (Manifeste des fous). Citations d’ Antonin Artaud, Michel Foucault, François Tosquelles. Extraits du film d’Arnaud Despleschins Rois et Reines.

A propos du mot « refuge »

« … Le mot asile était le bon. Je préfère le mot asile, qu’hôpital psychiatrique, on ne sait pas ce que ça veut dire, hôpital psychiatrique… Le refuge, l’asile et cætera, vous comprenez, au moins ça veut dire que le type se réfugie là, vous comprenez, ou qu’on le réfugie par force, vous comprenez. Mais y a un écart qui est à la fois protecteur et … il me semble que c’est Gentis qui dit : « parfois que le mur de l’asile, chacun le porte à l’intérieur … »

François TOSQUELLES**

Tosquelles est l’un des inventeurs de la psychothérapie institutionnelle, mouvement thérapeutique caractérisé par l’indistinction entre les soignants et les soignés, qui de Saint-Alban à La Borde, a influencé fortement la psychiatrie et la pédagogie depuis la moitié du XXè siècle.

Fermer le menu